Trois alliés de taille régionaux soutiennent l’armée du Niger.

Trois alliés de taille régionaux soutiennent l’armée du Niger.

Coup d’état au Niger : Trois alliés régionaux soutiennent les militaires et rejettent les sanctions de la CEDEAO.

 

Suite au coup d’État survenu au Niger, les militaires au pouvoir ont trouvé trois alliés prêts à s’opposer à toute éventuelle intervention militaire de la CEDEAO contre le pays. Les autorités du Burkina Faso, du Mali et de la Guinée Conakry ont apporté leur soutien aux putschistes nigériens et ont exprimé leur refus d’appliquer les sanctions décidées par la CEDEAO. Dans des communiqués officiels, les dirigeants de ces pays ont clairement signifié leur position, marquant ainsi leur détermination à ne pas se soumettre aux mesures de la CEDEAO visant à condamner le coup d’État et à restaurer l’ordre démocratique au Niger.

 

Cette situation suscite des inquiétudes quant à la stabilité et à la cohésion régionale, car elle met en évidence les divergences d’opinions et les tensions entre certains membres de la CEDEAO concernant la gestion des crises politiques dans la région. La position commune de ces trois pays envers les putschistes nigériens pourrait compliquer les efforts de la CEDEAO pour résoudre la crise et restaurer la démocratie au Niger.

 

Le Capitaine Ibrahim Traoré du Burkina Faso, le Colonel Assimi Goïta du Mali et le Colonel Mamady Dombouya de la Guinée Conakry ont désormais affiché leur unité en déclarant que toute intervention orchestrée par la FRANCE, les ÉTATS-UNIS, l’OTAN ou l’ONU au Niger, actuellement dirigé par le Général Tchiani, serait considérée comme une déclaration de guerre contre eux-mêmes. Ils ont averti qu’ils riposteraient immédiatement avec la dernière énergie, commençant par des actions ciblées contre les ambassades, les citoyens français et américains résidents sur leurs sols, ainsi que les entreprises étrangères présentes dans leurs pays, y compris les supermarchés, les stations-service, le réseau téléphonique Orange, les multinationales, les médias, etc.

 

Cette déclaration incisive soulève des inquiétudes quant à la stabilité de la région ouest-africaine, car elle met en lumière la fermeté de la position de ces trois pays envers toute ingérence extérieure au Niger. Elle montre également une solidarité inédite entre ces dirigeants militaires face à toute action qui pourrait être perçue comme une ingérence dans les affaires intérieures d’un État souverain.

 

Le Niger étant actuellement aux prises avec des problèmes politiques internes, l’annonce de cette alliance peut intensifier les tensions régionales et complexifier davantage la situation. Les acteurs internationaux, notamment la FRANCE, les ÉTATS-UNIS, l’OTAN et l’ONU, devront prendre en compte ces avertissements sérieux et envisager une approche diplomatique et concertée pour résoudre les problèmes politiques dans la région sans escalade de la violence.

 

En effet, il est important de souligner que la Russie a déjà effectué des livraisons d’armes de guerre au Mali et au Burkina Faso il y a plusieurs mois, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans la sous-région ouest-africaine. Ces livraisons d’armes ont été perçues comme une expression de soutien de la part de la Russie envers les efforts déployés par le Mali et le Burkina Faso pour faire face à la menace terroriste qui sévit dans la région. La montée de l’insécurité due aux groupes terroristes dans cette partie du continent a conduit à une coopération internationale accrue pour contrer cette menace.

 

 

La décision de la Russie de fournir un soutien militaire aux pays de la sous-région souligne l’importance croissante de la coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme. Cependant, cela peut également susciter des interrogations sur les dynamiques géopolitiques dans la région, car différentes puissances mondiales cherchent à renforcer leurs liens avec les pays africains pour des raisons stratégiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *